Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 18:05

4011102378_6711450388.jpg

 

Marine

L'odeur des sauges et des menthes
    hante
le jardin des amours défuntes
    feintes
victoires nues rouges défaites
    fêtes.

Tandis que Médée meurtrière
    erre
Orphée fugitif en cadence
    danse
et demeure le lit d'Ovide
    vide.

La fontaine - ô Bakhtchisaraï
    raille
les hécatombes de Crimée
    mais
entends Pouchkine entends Tchekov
    off.

Les caresses de la guimauve
    mauve
s'argentent le matin arrose
    rose
la déroute des faux semblants
    blancs.

 

 

©Annie Hupé

  http://www.zazipo.net/

 

Un petit effort, visiteurs aux goûts classiques, lisez et relisez, ici, ça vaut vraiment le coup...! (Ce poème est une merveille"oulipienne"...)

 


11187 pages de voxpoesi

ont été lues depuis son premier jour d'existence(27/12/2011) 

 

Partager cet article

Published by voxpoesi.over-blog.fr (Henri Etienne Dayssol)
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : voxpoesi
  • voxpoesi
  • : http://voxpoesi.over-blog.fr Ce blog s'interesse à la poésie vivante et partagée.Ouvert depuis 2011 il se veut un carrefour des blogs de poésie et se définit comme un support de promotion des poètes, des lectures publiques et de toute manifestation culturelle relative à la poésie:élargissez votre audience, présentez vos poèmes, signalez l'adresse de vos blogs, faites vos annonces..
  • Contact

     voxpoesi complet

Recherche

VOXPOESI VIVAS !...

 

VIVE LA POESIE DE TOUS LES TEMPS! 

HONNEUR A CEUX QUI FONT 

BON ACCUEIL 

AUX MODESTES AUTEURS 

DES POÈMES DE TOUJOURS 

et VIVA VOXPOESI

 http://www.youtube.com/watch?v=fpctccGpyqE

 C’est la vox populi que VOXPOESI veut faire entendre... La nôtre, la tienne comme la mienne et, à travers elles, aussi bien la voix de tous ceux qui n’ont pas droit au chapitre.... VOXPOESI c’est la parole non-formatée par le marché ou les coteries.... Celle que le public reconnaitra bientôt pour sienne et que la poésie de toujours est en train de reconquérir... "Je suis ambitieuse pour l'humanité. Moi je voudrais que tout le monde fût artiste, assez poète pour que la vanité humaine disparût." (Louise Michel / 1830-1905)

 

 CLIQUEZ SUR LE MOT "CONTACT"

A LA FIN DE LA PRESENTATION

(CI-DESSUS)

 

Usage de voxpoesi

N'importe quel internaute peut proposer à la présentation dans voxpoesi un ou plusieurs poème(s), s'il en est l'auteur : il suffit pour cela qu'il les adresse à voxpoesi (cliquer ci-dessus sur ¨contact¨ puis rédiger...) Par la même occasion, s'il anime un blog de poésie, il peut en indiquer l'adresse (visiteurs, cliquez sur cette adresse, généralement notée en fin de poème); Par ailleurs, s'il est en passe de réaliser (ou de participer à) une lecture publique ou autre action culturelle liée de près ou de loin à la poésie, il peut mentionner sa date et son lieu ainsi qu'en faire une courte présentation écrite : publicité de cette lecture publique ou de cet évènement sera faite alors dans les pages de voxpoesi, en particulier celles où ses poèmes acceptés seront présentés...Visiteurs de voxpoesi, vous pouvez, dans les rubriques ci-dessous intitulées ¨POÈMES¨ ou ¨DES VOXPOEMES ET DES INFOS", choisir (puis cliquer sur) un ou l'autre titre (de même dans la ¨liste complète¨(comportant plusieurs pages:1,2,3,etc.) de la rubrique ¨POÈMES¨ ; Dans la rubrique ¨RECHERCHE¨ vous pouvez rédiger le nom d'un "voxpoète", après un clic sur "recherche"  vous verrez apparaitre la liste de ses poèmes présentés (plusieurs pages aussi éventuellement) , il ne restera qu'à cliquer sur un ou l'autre titre de votre choix ...

_______________________________________

  VOXPOESI PUB 
      logo corse coaching      
 CORSE COACHING

http://www.corsecoaching.com/

 

voxpoesi.over-blog.fr

  est protégé par Copyrightfrance

56TE1B1 logo Copyright 

http://www.copyrightfrance.com/certificat-depot-copyright-france-56TE1B1.htm

  _________________________________________________________

et Creative Commons

<a rel="license" href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/"><img alt="Licence Creative Commons" style="border-width:0" src="http://i.creativecommons.org/l/by-nc-sa/3.0/88x31.png" /></a><br />Ce(tte) oeuvre de <a xmlns:cc="http://creativecommons.org/ns#" href="http://voxpoesi@hotmail.fr" property="cc:attributionName" rel="cc:attributionURL">http://voxpoesi@hotmail.fr</a> est mise à disposition selon les termes de la <a rel="license" href="http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/">licence Creative Commons Attribution - Pas d&#39;Utilisation Commerciale - Partage à l&#39;Identique 3.0 non transposé</a>.

                    

 

 

-------------------------------------------------------------------- 

Henri Etienne Dayssol et Norbert Paganelli

 réalisent des

lectures-spectacles

 prenez contact !

ULYSSE La plus belle Facebook-copie-1

cliquez ci-dessous:

https://www.facebook.com/henrietienne.dayssol/posts/542065405820866#!/EscalePoetiqueLecturespectacle?fref=ts

 

-----------------------------------------------------------------------

voxpoesi

le livre

 

voxpoesi 

  Voxpoesi : le titre de ce recueil, faisant référence à la célèbre locution latine«vox populi vox dei», en dit long sur la définition de son écriture... C’est, effectivement, celle d’un homme du peuple : une écriture en prise directe avec le versant subjectif de la difficulté de vivre.

Pour autant elle n’est ni terre à terre ni romantique à l’excès, seulement lyrique : plus que jamais c’est le moins d’avoir du cœur... Elle se propose de poétiser la vie, d’en sublimer la dureté par la magie des mots et leur partage. Elle veut que l’intime rejoigne l’universel mais à travers une langue familière conjuguant clacissisme et modernité, racines et devenir ; ainsi, elle fait preuve d’une grande exigence augmentée du défi de rester accueillante. Au bout du compte cependant, elle n’a d’ambition que s’inscrire dans l’esprit des créations populaires de toujours : ambition modeste en apparence mais qui la projette au-delà des impasses artistiques de notre temps... 

Si elle gagne à être appréciée avec le recul qu’autorise le livre, il reste que son terrain d’élection est la lecture publique volontiers pratiquée par l’auteur... Henri Etienne Dayssol. 

le livre voxpoesi

vient de paraître

chez

 "Colonna Edition":

la maison bleue

Hameau de San Benedetto

20167 ALATA

Tel 06 75 33 50 49 

    Pour le commander cliquer

ci-dessous

http://www.editeur-corse.com/ 

................................................................................................... Nous entrons dans le poème avec l'électricité érotique de notre imagination, notre naïveté source de merveilleux, notre haleine. C'est une voie qui engage la plénitude"de l'esprit et des sens". Confiance! Que le poète improvise son chant selon son propre rythme respiratoire, qu'il trouve son tempo personnel, qu'il accepte jusqu'au hoquet libre ! Il en est de la poésie comme de tout ce qui ne peut naître et se fortifier que par un mouvement de sympathie. Et voici, comme à nous, ce qui vous ouvre le chemin : la parole de cet homme, le débit haletant, apaisé ou cocasse d'un ami. Ce qu'il conte, avec le tremblement charnel et ces rides que laisse discerner la présence, ce qu'il nous confie, qui devait être dit : les colères et les veilles de notre sang -- l'incendie sous la peau. ©Serge Brindeau et Jean Breton    

LISEZ :

Poésie pour vivre

http://livre.fnac.com/a61840/Jean-Breton-Poesie-pour-vivre

POÉSIE POUR VIVRE 

c'est (presque)

tout l'esprit

de voxpoesi    

Nous abordons les temps post-historiques et dans ces conditions la façon d'écrire des poètes dits "d'avant-garde" n'est plus guère qu'un nouveau maniérisme, elle ne correspond plus à une remise en question prometteuse; non pas qu'il s'agisse une fois de plus de jeter le bébé avec l'eau du bain et donc de se priver des apports qu'ils ont faits, mais il n'est pas question non plus d'obéir aveuglément à leur terrorisme linguistico-théorique (comme le définit Lionel Ray) Pour ma part j'écris dans cette optique et j'affirme que chacun doit écrire suivant ses propres inspirations et de manière instinctive. Le temps n'est plus où l'idéalisme historique venait, en lieu et place d'un Dieu moribond, nous dicter le chemin; l'histoire de l'art, notion bourgeoise à laquelle se référaient idiotement les avant-gardistes pour se positionner dans leurs vaines remises en question, n'est plus, comme elle ne l'a jamais été d'ailleurs, qu'une vue erronée : qu'ont à faire les peuples de telles conceptions (je pense par exemple aux peuples dits primitifs d'Afrique, qui ont toujours si bien su donner à l'art sa place légitime dans la vie sous ses aspects les plus fondamentaux qu'ils transcendaient de la plus belle manière... les objets d'art de ces peuples avaient d'autres fonctions et une autre destination que finir dans des musées comme repère de "l'histoire de l'art" : la fonction avant tout d'aider chacun à vivre en réaffirmant régulièrement le sens sacré de la vie... nous avons de plus en plus besoin, devant la vacuité du sens de nos vies d'occidentaux confrontés à la décadence, de réponses de cet ordre de la part des artistes, et d'une telle fonction de l'art ( fonction qu'il avait chez nous par le passé)... le poète ainsi motivé voit le statut d'Artiste dont on veut l'affubler comme un obstacle pour retrouver sa juste place et son juste rôle, il voit les jugements de valeur produit par "l'avant-garde" en place comme la confiscation de son auditoire à la création populaire et comme sa stérilisation par le complexe, il voit dans la logique totalitariste du marché économique l'ennemi absolu qui en dernier lieu nie sa raison d'être ainsi que le sens et la légitimité de l'acte de créer. On ne peut que recommander vivement la lecture de "Poésie pour vivre" de Serge Brindeau et Jean Breton ("Collection Points fixes" Le cherche-midi Éditeur.) livre dont le propos peut paraître quelque peu dater mais qui offre de bons points de repère face au monde littéraire actuel particulièrement déconcertant et déroutant... Henri Etienne Dayssol.

Liste des voxpoètes

CETTE LISTE NE CONTIENT QUE LES NOMS DES PREMIERS EN DATE DES VOXPOETES. Jean-François AGOSTINI / Mokhtar El AMRAOUI / Marianghjula ANTONETTI-ORSONI / Jean AZAREL / Sylvie BADIA / John BERGER / Noël BERNARD / Olivier BILLOTTET / Paul BRETTEVILLE / Julien BRIZARD / Isabelle CALLIS-SABOT /Jerôme CAMILLY / CAROLINE / André CASABIANCA / Stephanu CESARI / La CHARTREUSE(Monique Pourre) / René CHABRIERE / Patrick CHAVARDES / Guylène COLIN / Philippe COUGE / Henri Etienne DAYSSOL(h.e.d) / Lucas DECHANET / Henri DELUY / Francis DENIS / Sylvain DESVAUX / César DRIMARAKI-SERVO / Eric DUBOIS / Emelyne DURAND / Serge DURAND / Wilhems EDOUARD / ERBAGHJU / Fabrice FARRE / Raymond FARINA / Fabien FERNANDES /  Nicolas FLEUROT / Jacques FUSINA / Anghjula-Doria GAVINI / Marc GIUDICELLI / Arthur GUILLAMO / Annie HUPE / JEUNES VOXPOETES / Kamlem HULLIAMS / Patricia LARANCO / Yano LAS / Marie-Paule LAVEZZI / Philippe LEMOINE / Emmanuel MACE / Noël MACKENSON / MAGALIE / Danièle MAOUDJ / Jean-Pierre MAUDUY / Michèle MAUDUY / Christophe MAZIERES / Marguerite MILLELIRI-MACCARIO / Vincent MILLELIRI / Paul MINICONI / Géraldine MUNIER / Doris NATALI / Aristide NERRIERE / Maria-Maddalena OLANDRU-OLIA / Norbert PAGANELLI / Elisabeth PACCIONI-CHESSA / PERTHRO / Gérard PIERRAT / Thomas PONTILLO  /Bernard POZIER / Julien PUZENAT / Jean-Paul RAFFEL / Serge RITMAN(MARTIN) / Chantal ROBILLARD / Pierrot ROCHETTE / ROM / Gisèle SANS / Marie-Ange SEBASTI / Aurora SHAMROCK O'SHERBROOK / James STUART / François TEYSSANDIER / Serge Mathurin THEBAULT / François VIANGALI / Robert VIGNEAU / Yannig WATEL / Francesca WEBER-ZUCCONI     etc.

HAUT CHANT/ ALTU CANTU

 

  HAUT CHANT
Je suis la langue étrangère
A ma bouche ouverte
Ma bouche qui rit
Ma bouche qui chante et qui pleure
Je suis la langue emprisonnée
Qui veut vivre dehors
Ouvrez les fenêtres
Poussez portes et planchers
Je suis la langue populaire
Vieille cousine de l'eau et de la terre
Insulaire
Je suis la langue qui va
Par les routes d'avril
Tenant à mon pas un chant clair
Un chant haut et fier
Ce chant se nomme lamento
Ce lamento est mon histoire
Nouvelle
ALTU CANTU
So a lingua straniera
Di a me bocca aperta
A me bocca chi ridi
A me bocca chi canta è chi pienghji
So a lingua imprighjunata
Chi voli campà fora
Apriti i balcona
Gugheti porti è sulaghja
So lingua chi và caminendu
Par i stradi d'aprili
Purtendu à u me passu un cantu ghjaru
Un altru cantu fieru
Stu cantu si ghjama lamentu
Stu lamentu hè a me stodia
Nova
 

                                                                                                                                                                                                    

_____________________________________________________________________
  __________________________________________________________________________________________  
 
COLONNA EDITION         

la maison bleue

Hameau de San Benedetto

20167 ALATA

Tel 06 75 33 50 49

http://www.editeur-corse.com/

 

 

 

 

 

........................................................................................ Pardonnez braves gens, je n’ai pas eu le temps pour le cadavre exquis, pas eu le temps, excusez-moi du peu, pour le bien-dit... Pardonnez-moi aussi, si je n’ai eu loisir que de pousser des cris, le tout premier, aussitôt mal compris, dès que suis né... Pardonnez-moi d’autant que le pli était pris jusqu’au dernier soupir, qu’il était pris, excusez-moi du peu, pas pour dire des mercis, mais de la poésie...

©Henri Etienne Dayssol

Libres propos

La faiblesse majeure de la poésie contemporaine est évidente : une absence totale de cap, de volontés spécifiques, de définition d’elle-même. Aucun front commun n’est affiché pour porter une certaine idée de la poésie - laissant entièrement libre la compréhension, souvent usée et vulgaire, que chacun se fait de cet art mort, ou tout comme.
Les raisons de ce relâchement sont multiples. Un «milieu» aussi épars que renfermé sur lui-même, une histoire poétique lourde et intimidante, et, enfin, un accès quasi-nul au peuple, aux médias. Si elle veut redevenir un acteur central de la pensée, la poésie doit donc se trouver une définition actuelle (quitte à se battre en son sein), régler la difficile relation qu’elle entretient avec son propre passé (pour pas dire avec son dernier père, André Breton), et se faire entendre, s’immiscer dans la société, dans la vie.


Ce dernier point - exister dans les médias pour participer au monde en cours - ne doit souffrir d’aucun débat. Les poètes qui voient là le Mal incarné, ceux qui se plaignent tant du «niveau général» qu’ils refusent de le changer de l’intérieur et préfèrent ne rien faire en réservant leurs travaux pour leurs congénères, que ceux-là ne fassent pas entendre leurs voix inutiles !


Pour le reste, tuer le père et s’affirmer vont de pair. Voilà ce sur quoi il faut ouvrir les hostilités, pour ainsi dire. Ce sur quoi il faut que tous les responsables poétiques se concentrent avec la ferveur d’une ambition sans mesure. Je dis bien : sans mesure ! Et le défaitisme, de fait, est interdit.


Cependant, est-on obligé de s’écharper quand la solution est évidente ? Aussi évidente que la nécessité de prise des médias. La nature d’une poésie nouvelle voulant conquérir un monde nouveau ne doit pas résulter d’une interprétation toute personnelle que tel ou tel poète plus influent se fait de son art. Elle doit résulter d’une logique, permettre une volonté claire : la (re)conquête du peuple. Un objectif encore une fois incontestable. Tout poète sait la puissance signifiante et émotionnelle de la poésie, tout poète sait qu’elle a pour essence de changer la vie, de la remodeler en la révélant. Tout poète, donc, ne devrait rien vouloir d’autre que répandre la poésie, comme un virus bienfaisant. Voilà pourquoi la poésie doit apprendre à être universaliste. C’est-à-dire, ayant ingéré les découvertes passées, être entièrement libre (ce qui est loin d’être une facilité puisque le poète au travail doit alors constamment choisir parmi une infinité de possibilités). C’est-à-dire aussi, et cela doit jouer dans la décision créatrice, considérer tout type de lectorat possible. Il s’agit, en quelque sorte, de la seule restriction du nouveau poète.


Ecrire pour le peuple et se faire entendre-lire de lui, voilà la nouvelle forme contraignante d’où l’idée jaillit plus intense, si chère à Baudelaire. Voilà comment «maintenir à l’état dynamique le système de comparaison, de champ illimité dont dispose l’homme, qui lui livre les rapports susceptibles de relier les objets en apparence les plus éloignés et lui découvre partiellement la mécanique du symbolisme universel». Et c’est Breton qui parle.


Celui-là même dont il nous faut réinterpréter le radical héritage. Le surréalisme, ainsi que tous les mouvements forts, n’a fait que mettre en exergue certaines réalités indispensables à la création poétique la plus totale possible. Comme lui avant nous, nous sommes la somme de nombreux savoirs que l’on doit aux plus illustres de nos ancêtres, de leurs découvertes, de leurs luttes acharnées pour faire de la poésie un grand art.


C’est en cela que nous devons continuer ce perfectionnement. Non pas en tant qu’affilié à un mouvement passé plus qu’à un autre - mais en tant que somme, qu’addition dont le résultat change à chaque ajout. Des ajouts que le monde et son histoire, toujours, induisent.


Et l’universalisme est aujourd’hui ce que réclame un monde plus connecté que jamais mais encore coupé en deux. La poésie étant malheureusement devenue le symbole absolu de l’élitisme (n’est-ce pas là ce qui ronge nos sociétés, une à une ?), le rôle d’une nouvelle poésie, responsable, est désormais de montrer l’exemple en brisant cette différenciation des êtres.


Une révolution pour cette vieille dame un brin hautaine. Un ravalement de façade tout sauf superficiel. L’universalisme est le plus engagé des actes, la plus juste des luttes.


C’est affirmer que la poésie est pour toi, oui toi, qui que tu sois. Un programme qu’il serait temps de mettre en place. Pardon : en action !


Thomas DESLOGIS Poète d’actu sur Fluctuat (Première)

 

 

Autoproclamés par leur clan,
leur petite chapelle de

"l'on-se-connait-depuis-toujours"
ce sont eux, les meilleurs poètes
et nul ne peut
écrire mieux
qu'eux

Ils vous accueillent d'un regard
de froid dédain; en vous lisant,
leur verdict tombe, arrêté, sec:
vous devez vous améliorer !

Ecrivez-vous comme un dieu
qu'à leurs yeux
vous ne serez rien
si vous restez vous-même, si
vous n'écrivez comme un ami
mort qui les avait "adoubés".

Vêtus de tailleurs stricts et chics
pour les dames, et, pour les messieurs,
chaussés de lorgnons, grisonnants,
tous doctes, compassés, sérieux,
ils évoluent
dans leur bocal
protégé de bourgeois, de clercs
qui ne se fréquentent qu'entre eux
et ils parlent
révolution 

©PATRICIA LARANCO

http://patrimages.over-blog.com 

_________________________________   

 Existez !... Elargissez votre audience!... Réanimez la pratique populaire de la poésie, redonnez cette poésie à son public... Faites vivre voxpoesi,  présentez vos poèmes et affichez l'adresse de votre blog...  signalez voxpoesi à vos amis... et que les "souris" dansent !..